Finalement, ce n’était pas le début de «l’ère post-PC»