BMW M6 2013 : Mmmmmm…

Fidèle à sa propre tradition, la division M de BMW propose une nouvelle paire de grosses sportives au dynamisme enivrant : les coupé et cabriolet M6 2013.


M6, comme dans M à la puissance six, ou quelque chose d’approchant : sous le capot, la mécanique de la berline M5, mais le châssis et la forme uniques de la Série 6 dans ses deux versions. On vous laisse faire votre propre choix, mais les deux ont plusieurs atouts pour séduire l’amateur d’ingénierie allemande.

Sous le capot se trouve donc un V8 biturbo de 4,4 litres de 560 chevaux, particulièrement énergique jusque très haut en régime, fait notoire pour une mécanique à huit cylindres. Celle-ci est jumelée à une boîte automatique à sept rapports et à double embrayage qui minimise le temps de réaction aux coups de pédale, mais qui parvient du même coup à maximiser la consommation d’essence.

Combinée à un système d’arrêt-démarrage qui éteint le moteur au point mort, cette boîte permet à la M6 de réduire sa consommation comme jamais auparavant, à un niveau moyen de 9,9 litres aux 100 kilomètres dans le cas du coupé, et à 10,6 litres aux 100 kilomètres dans le cas du cabriolet.

Ça espace les visites à la station d’essence, ça c’est sûr. Mais quand il faudra y aller, ça va aller vite : le chrono au 0-100 km/h est estimé à 4,3 secondes par le constructeur.

La filiale M ne faisant pas les choses à moitié, le châssis, la mécanique et la suspension de la Série 6 ont tous été revus afin d’optimiser le contrôle de la M6 qui, rappelons-le, n’a de roues motrices qu’à l’arrière. Ça explique du coup les nombreux systèmes électroniques qui permettent de pousser la bête à fond tout en réduisant les risques d’en perdre le contrôle.

À l’intérieur, notez l’usage d’un cuir Merino de teinte pâle et d’une finition en fibre de carbone qui en rejette. La technologie ne manque pas, allant du système ConnectedDrive à l’affichage tête-haute dans le pare-brise.

De l’extérieur, au-delà des traits raffinés de ces modèles M, les phares à DEL sont évidemment un trait dominant. Ça, et le toit amovible du cabriolet, pour lequel il est difficile de ne pas développer une affection toute particulière.

Ne manquez rien de l’action!

Angeles Canyon

Tout ceci et plus encore en vous abonnant: