Kia Rondo 2014 : il n’y a plus de rond que le nom

Finie, la silhouette « jellybean » pour le Kia Rondo. Pour sa prochaine génération, le pratico-pratique véhicule coréen adopte une allure plus jeune, plus européenne. Mais non: les États-Unis n’en veulent toujours pas.

Le Kia Rondo 2014 demeurera, en substance, ce qu’il était jusqu’à présent: un véhicule familial et compact qui accepte d’héberger cinq ou sept passagers, selon la variante choisie.

Et demain comme aujourd’hui, il continuera de militer dans une catégorie où peu de concurrents s’affrontent: celle des « monospaces », comme disent nos cousins les Français. Pensez donc Mazda5, Chevrolet Orlando et, à la limite, Dodge Journey.


Rondo ou Carens: plus « wagon »
Pour la 2e génération du Rondo à être lancée chez nous (ou la 3e génération de Carens, si vous habitez l’Europe), Kia met résolument à la poubelle le look « minivan » qui, malgré l’absence de portières coulissantes, affublait le véhicule compact. 

Jetez un oeil à nos photos et voyez comme le style du prochain Rondo est beaucoup plus « wagon ». Avouez, c’est plutôt réussi. Merci, Peter Schreyer…

Mais voilà qui ne convainc pas les États-Unis de renouer avec le Rondo, eux qui le boudent depuis l’été 2010. De ce côté-ci du 49e parallèle, nous accueilleront les premiers exemplaires 2014 à la fin du printemps, tout juste après les nouveaux Kia Sorento et Kia Forte.

Espace modulable – évidemment
Sous la nouvelle jupe du Rondo, se cache une plateforme qui accueille également l’européenne Kia Cee’d… et l’européenne Hyundai i30, notre Hyundai Elantra GT. Voilà qui, versus le Rondo actuel, étire l’empattement de 5cm, mais réduit la longueur hors-tout d’un petit 2cm, tout en amoindrissant la largeur de 1,5cm.

C’est dire que le Rondo conservera ses aptitudes à bien se faufiler dans la circulation urbaine, mais que le cargo continuera d’être limité derrière la 3e banquette si celle-ci est occupée et qu’on ne peut la rabattre (en configuration 50/50).

Par contre, notre analyse rapide du Kia Rondo 2014 dévoilé au salon de Toronto nous fait dire que l’espace aux jambes aura l’avantage d’être modulable, avec la banquette centrale qui accepte de s’avancer et de se reculer.

Retour de la boîte manuelle!
Le Kia Rondo qui tire sa révérence offre le choix de deux motorisations, soit un quatre cylindres (2,4L) de 175 chevaux et un V6 (2,7L) de 192 chevaux, respectivement jumelés à une boîte automatique quatre ou cinq rapports.

Un peu désuet, avouez… Heureusement, le passage générationnel fait table rase sur ces deux groupes et dorénavant, plus qu’un seul moteur sera proposé. Il s’agira d’un quatre cylindres de la famille coréenne « Nu », de 2,0 litres à injection directe et qui développera ici 164 chevaux (ainsi que 156 lb-pi).

Grande et bonne nouvelle: la boîte manuelle est de retour… avec six rapports, de surcroît. Voilà qui devrait permettre à Kia de maintenir un prix de base pas trop loin de ce qu’il est présentement (19 995$). Déjà qu’on annonce le climatiseur et les sièges chauffants avant de série…

Sans surprise, une boîte automatique sera proposée en option, mais là encore, bonne nouvelle: elle disposera de six rapports, soit d’un à deux rapports de plus versus aujourd’hui.

Aucun mot sur la consommation, mais avec un moteur moins puissant (d’une dizaine de chevaux) et des boîtes plus modernes, on peut d’ores et déjà gager un p’tit deux sur le fait que le passage à la pompe représentera une économie d’au moins 10%.

Suspension: on recule…
De série, le Rondo offrira, comme le font les plus récents véhicules lancés chez Kia (et chez Hyundai, doit-on le spécifier), le système qui permet d’ajuster la résistance de la direction (normal, confo et sport). Du coup, vous venez de comprendre que la direction délaisse l’hydraulique pour l’assistance électrique. 

De même, la suspension arrière indépendante (à multibras) de la génération qui s’en va est remplacée par une poutre de torsion. Voilà une architecture un brin moins raffinée et il faudra voir ce que ça donne en route. 

Quand c’est full equip
La variante entraperçue à Toronto était la plus étoffée de la gamme, avec le revêtement de cuir, la banquette arrière et le volant chauffants, le siège conducteur ventilé, le climatiseur automatique bi-zone, la caméra de recul et même les phares au xénon. 

Elle était chaussée de roues de 18 pouces, un format qui, jusqu’à présent, n’était pas disponible pour le Kia Rondo. 

Surtout, et c’est ce que nous avons noté de prime abord dans l’habitacle, le toit panoramique en est un vrai: il s’étire tout du long du véhicule. Franchement impressionnant, celui-là. 

Nous avons par la suite remarqué que la planche d’instrumentation était fonctionnelle et ergonomique, mais plutôt drabe, ainsi revêtue de noir sans accent de couleur ou de chrome. 

Surveillez notre section « essais routiers », nous devrions pouvoir vous livrer au cours des prochaines semaines nos premières impressions quant à la conduite du Kia Rondo 2014.

Contenu connexe: