Lamborghini Estoque : Un vrai drame à l’italienne!

Depuis 2008, Lamborghini avait tout plein d’ambitions pour son Estoque, une berline sportive à quatre portes de grand luxe. Jusqu’à ce jour fatidique d’octobre 2011.
Elle a été dévoilée à Paris en 2008. Il s’agissait, pour Lamborghini, d’une première voiture à moteur logé à l’avant, si on fait abstraction du VUS LM002. C’était le concept de ce qui allait devenir une berline sportive à quatre portes. Son prix de détail, fixé à 230 000 $, indique clairement qu’il s’agissait là d’une berline de grand luxe, pas d’une familiale ordinaire…
La voiture avait tout pour elle : un design moderne et à l’avenant, inspiré de la Gallardo, une mécanique survitaminée prête à en découdre avec n’importe quelle autre sportive exotique, et une filiation claire, jusqu’à son nom.
L’estoc est une épée médiévale à la lame un peu trop longue pour être tenue à une main. Le pommeau était donc lui aussi allongé afin de pouvoir la tenir à deux mains. Plus près de nous dans le temps, mais toujours en Europe, l’« estoque » est le nom que les Espagnols donnent à l’épée des matadors.
Le clin d’œil est d’une finesse toute latine : une épée tueuse de taureaux, dans la plus pure tradition de Lamborghini, mais une épée allongée, tout de même.
Sous le capot, un V10 de 5,2 litres était de mise. C’est un V10 bien connu des amateurs de la marque italienne, puisqu’il anime aussi la Gallardo LP560-4. Sa puissance varie selon le modèle, mais elle est supérieure à 550 chevaux, et jumelée à une boîte à six rapports, c’est une cylindrée capable de faire bondir un coupé de la trempe du Gallardo de 0 à 100 km/h en un peu moins de 4 secondes.
Bref, imaginez-vous débarquer vos enfants à l’école au volant de ce bolide. Pas de chance de manque la cloche du début des cours…
Or, et c’est tout le malheur de l’Estoque, en mars 2009, il a été déclaré que la production de ce modèle serait annulée. La direction de Lamborghini a réagi en indiquant qu’au contraire, c’était seulement le calendrier de production qui était en retard, et que des questions relatives à la mise en marché et au volume de ventes forçaient à repousser son lancement un peu plus tard.
L’année suivante, le président du conseil de Lamborghini a lui-même indiqué que l’Estoque était sur la bonne voie d’être mise en marché. Finalement, l’an dernier, il a été clairement indiqué par la société italienne, propriété du groupe Volkswagen par le truchement de sa filiale Audi, que l’Estoque n’irait pas plus loin que le stade de concept de sportive à quatre portes.
Quelque part en banlieue de Stuttgart, un employé de Porsche responsable de la mise en marché de la Panamera a poussé un grand soupir de soulagement.