Roding Roadster 23 : ne vous fiez pas à sa taille

Le monde de la voiture exotique est peuplé de petites compagnies inconnues. Après tout, une voiture exotique s’adresse à la minorité, et pourtant, elle fait rêver la majorité. Dans le cas de la Roding Roadster, la production initiale sera limitée à seulement 23 exemplaires. Toutefois, le communiqué de presse stipule que la première série de véhicules sera limitée à 23 unités, ce qui veut obligatoirement dire qu’une deuxième série est prévue, si tout va bien évidemment.

Depuis 2007

L’histoire de ce curieux petit coupé à toit amovible a débuté en mai 2007 lors d’une rencontre entre entrepreneurs. Un an plus tard, un premier prototype à l’échelle 1:1 était déjà monté, puis, en décembre 2008, la mécanique était jumelée au châssis. Au Salon de Francfort de 2009, un premier prototype roulant sera montré à la presse internationale. Finalement, la présentation finale du modèle de production a eu lieu au plus récent Salon de Genève à l’hiver 2012.

Design unique
Contrairement aux superbes carrosseries racées des marques italiennes, la Roding Roadster adopte une ligne beaucoup plus originale. Les créateurs n’ont pas hésité à montrer le premier exemplaire habillé d’un thème rouge et carbone, une coloration qui montre clairement que cette petite bombe n’accuse aucun excès de poids. En effet, le poids annoncé est de 950 kg, soit 90 de plus qu’une Lotus Elise R.

À l’avant, Roding a logé deux blocs optiques spectaculaires aux extrémités du bouclier, tandis que le postérieur n’est pas sans rappeler celui de l’Audi R8 au niveau des feux arrière intégrés au diffuseur. Toutefois, la mécanique logée en position centrale est recouverte d’un couvercle en fibre de carbone qui se prolonge jusqu’aux sièges du bolide. Le toit amovible peut également être logé dans le capot si les occupants veulent profiter du beau temps.

Construction monocoque
Comme pour plusieurs autres exotiques, la Roding Roadster est basée sur un châssis monocoque composé fortement de plastique renforcé de fibre de carbone. Les faux-cadres avant et arrière sont, quant à eux, composés d’un alliage d’aluminium et de fibre de carbone. De plus, les supports pour les deux sièges font partie intégrante du châssis, ce qui annule l’utilisation de supports traditionnels.

Habitacle conçu pour le pilote
À l’intérieur, le tableau de bord est minimaliste au possible. Le volant plat à la base facilite l’accès à bord, tandis que les deux sièges sport retiennent parfaitement les deux occupants. Notez aussi la position du levier de vitesse. Ce dernier est relativement haut si on compare cet aspect à des voitures plus conventionnelles.

Mécanique 6-en-ligne
Logée derrière les occupants, une mécanique 6-cylindres-en-ligne turbocompressée d’origine BMW est boulonnée de manière transversale, à cause du gabarit réduit de la voiture. Ce moteur qui développe 320 chevaux et un couple de 332 lb-pi est boulonné à une transmission manuelle à 6 rapports, tandis que toute la puissance est envoyée aux seules roues motrices arrière via un différentiel à glissement limité variable, ce qui autorise la distribution de la puissance entre les deux roues.

Le constructeur fait également mention des pneumatiques sport du Roadster, cette dernière étant aussi disponible avec des unités semi-lisses pour une tenue de route encore plus impressionnante. Bien entendu, la suspension à double triangulation est indépendante aux quatre roues et peut être ajustée par le conducteur selon son l’humeur du jour.

Vous aurez probablement déjà compris que cette voiture exotique spéciale offre assurément des performances ahurissantes. Avec un rapport d’un peu moins de 3 kg par cheval-vapeur, la Roding Roadster supplante une certaine Porsche 911 GT3 RS à ce niveau, ce qui n’est pas rien! En effet, cette dernière a un rapport de 3,04 kg/ch. Résultat : les accélérations annoncées de la Roding Roadster jusqu’à 100 km/h ne seraient l’affaire que de 3,9 secondes. Comme vous pouvez le voir, il n’est pas nécessaire d’avoir 1000 chevaux pour rouler à vive allure. La Roding Roadster est un autre bel exemple de l’importance du rapport poids/puissance.

Au moment d’écrire ces lignes, le premier exemplaire entièrement construit à la main de cette autre bombe germanique sera
bientôt livré au premier client du constructeur.

Contenu connexe:

Saleen S7, l’autre supervoiture américaine
Salon de Genève 2012 : présentation du Roding Roadster
En photos : les exotiques dont vous n’avez jamais entendu parler