Toyota Smart Insect : Une puce intelligente inspirée du jeu vidéo

On voit mal le lien entre les insectes, l’électronique et l’automobile, mais Toyota a réussi un tel croisement avec le Smart Insect, un concept de véhicule électrique directement inspiré du jeu vidéo.


Il s’agit d’une diminutive voiture électrique présentée à Tokyo à l’occasion du CEATEC, une exposition toute japonaise d’électronique, de technologie et de gadgets. L’acronyme Insect signifie « Information Network Social Electric City Transporter ». Rien de moins.

 Concrètement, l’élément le plus intéressant est un double capteur de mouvements qui loge à l’avant, au pied du tableau de bord et à l’arrière, sur le toit du véhicule. Il reconnaît non seulement les signaux envoyés de la main, pour verrouiller ou déverrouiller les portières, mais il reconnaît aussi le visage de son propriétaire, une mesure de sécurité pour le moins futuriste.

Un système vocal intelligent peut également faire un brin de causette avec le conducteur, et détecter ses besoins au seul timbre de sa voix. Ainsi, on n’a qu’à se sentir soulagé pour que la voiture programme la maison comme destination finale, en sortant du bureau.

Plus sophistiqué encore, un système appelé Smart Center qui agit comme un agent domotique et qui relie le véhicule à la maison de son propriétaire. À même le véhicule, on peut donc suggérer vocalement certaines directives qui seront immédiatement appliquées à distance. Par exemple, on peut ajuster la climatisation, l’éclairage ou le système de sécurité de sa résidence d’une simple suggestion vocale.

Si vous vous demandez comment tout cela est possible, c’est que vous n’avez pas joué à la Xbox dernièrement. Le dispositif Kinect reconnaît les signaux manuels qu’on lui envoie à l’aide d’une caméra infrarouge, tandis qu’un micro interprète les commandes vocales de façon assez précise. 

Pour le cinéma maison, une telle configuration signale le début de la fin pour la télécommande. Pour l’automobile, on ne voit pas encore le volant disparaître, mais la clé de contact, elle, semble déjà destinée pour le cimetière des gadgets superflus…

Contenu connexe:
La trop brève histoire de la Subaru Justy