Autofocus.ca

Trésors insoupçonnés : une Pagani Zonda R en pleine campagne ontarienne

Si vous visitez un jour ce garage situé dans une petite ville de l’Ontario, un véritable petit paradis pour les amateurs de voitures, vous pourriez y retrouver un des rares exemplaires de la plus grande supervoiture jamais construite.En effet, nous...

Si vous visitez un jour ce garage situé dans une petite ville de l’Ontario, un véritable petit paradis pour les amateurs de voitures, vous pourriez y retrouver un des rares exemplaires de la plus grande supervoiture jamais construite.

En effet, nous avons déniché cette Pagani Zonda R de 2,3 millions de dollars chez Legendary Motorcar Company, une compagnie de Milton, en Ontario. Cette municipalité située tout juste à l’Ouest de Toronto, le long de l’autoroute 401, compte 90 000 habitants. Une ville canadienne comme toutes les autres, avec ses cafés, ses boutiques et même un pénitencier provincial.

C’est pourtant ici que la reine des supervoitures a décidé d’élire domicile.

« Nous l’avons payée 2,3 millions de dollars et je crois qu’il s’agit de la dernière Zonda R à être sortie des usines de Pagani ». – Peter Klutt

Qu’est-ce qu’une Panini, pardon une Pagani?
Alors que les belles italiennes sont maintenant fabriquées en série par des géants de l’automobile – Ferrari et Maserati par FIAT, ou Lamborghini par Volkswagen – Horacio Pagani, fondateur de la compagnie originaire de Modena qui porte son nom, a pour sa part décidé de créer un bolide correspondant à l’idée qu’il se faisait d’une supervoiture.

« Chaque supervoiture possède une identité qui lui est propre; il est donc difficile de les comparer entre elles », nous a répondu Pagani par courriel dans sa langue maternelle, l’espagnol. « J’adore les voitures, y compris les autres marques, surtout lorsqu’ils produisent des véhicules qui suscitent des émotions intenses. Ceci étant dit, comme ils les fabriquent maintenant à plusieurs milliers d’exemplaires, il est de plus en plus difficile d’apprécier cette caractéristique à sa juste valeur. »

Pagani, un ingénieur argentin ayant roulé sa bosse jusqu’à en venir à pratiquer son art dans le fief des voitures de sport, a travaillé pendant un certain temps chez Lamborghini avant de voler de ses propres ailes. En 1999, au Salon de l’auto de Genève, un fabricant jusque-là inconnu (Pagani Automobili S.p.A.) présentait sa toute première réalisation, la fabuleuse Zonda C12.

À l’époque, cette voiture était tout simplement révolutionnaire, notamment en raison de sa fabrication à la main, de son style unique, de l’incroyable niveau de qualité et de son moteur V12 Mercedes-Benz AMG. Bien que ce dernier soit tout sauf italien, les objections avaient tendance à  s’envoler en fumée dès que les puristes entendaient son moteur rugir…

Onze ans plus tard, alors que la gamme de voitures Zonda tira à sa fin, Pagani a décidé de lui faire ses adieux en beauté en produisant un nombre limité d’exemplaires conçus uniquement pour la course – d’où le « R » dans le nom.

Quelques données : un moteur V12 Mercedes-Benz AMG de 6,0 litres capable de produire 740 ch., une boîte de vitesse séquentielle, des amortisseurs ajustables de marque Ohlins et une coque en carbotanium (non non, il ne s’agit pas d’un cousin de la kryptonite, mais bien d’un alliage de fibres de carbone et de titane). L’avantage, c’est que la voiture pèse à peine plus de 1000 kg. En comparaison, une Toyota Corolla de base pèse environ 225 kg de plus. Quant à l’accélération, la Zonda R passe de 0 à 100 km/h en tout juste 2,7 secondes, une véritable fusée.

On y retrouve par défaut des équipements comme une cage de retournement, un système d’extinction des incendies et une pile à combustible, mais la voiture ne possède pas de clignotants. Il est donc interdit de conduire la Zonda R sur nos routes, ou sur toute autre route du monde. D’un autre côté, les sièges, les harnais et les pneus à reliefs Pirelli P Zero ne répondent pas aux réglementations d’aujourd’hui en ce qui a trait à la course automobile.

Il s’agit donc du jouet pour pistes de course le plus dispendieux qui soit.

Comment s’est-elle retrouvée ici?
Vous pouvez donc vous imaginer notre surprise lorsqu’on nous a informés de la présence de ce petit bijou dans un endroit aussi improbable que Milton, en Ontario.

Peter Klutt et toute son équipe chez Legendary Motorcar Company (LMC), une compagnie qui s’est forgé une solide réputation pour les « muscle cars » américains, se chargent de l’entretien de cette voiture assemblée à la main. D’ailleurs, Klutt s’occupe de cette Zonda R depuis le tout début. Produite à seulement 16 exemplaires, il pourrait s’agir de la seule en Amérique du Nord, selon lui.

Tout a commencé lorsqu’un mystérieux acheteur, dont nous n’avons réussi à connaître que le sexe tant celui-ci tient à son intimité, a approché Klutt afin qu’il achète la Zonda R pour lui. « À partir du moment où la commande a été passée jusqu’à la livraison, il s’est écoulé une année complète », se rappelle Klutt.

« Nous l’avons payée 2,3 millions de dollars et je crois qu’il s’agit de la dernière Zonda R à être sortie des usines de Pagani ». Selon Klutt, il s’agirait également du seul exemplaire possédant un fini brillant en fibre de carbone, les autres Zonda R ayant un fini mat.

Évidemment, quand vous achetez une telle voiture, la relation avec le constructeur s’étend bien au-delà de la livraison habituelle. Pagani, pour sa part, traite ses clients avec tous les égards. « Nous avons pris un vol pour l’Italie afin de l’essayer sur un circuit de course situé en banlieue de Modena », explique Klutt. « Ils l’ont ensuite placée dans un conteneur puis ils nous l’ont acheminée par avion ».

En sa qualité de préposée à l’entretien, LMC doit notamment amener le véhicule au circuit choisi par le propriétaire, le préparer pour la course et effectuer les travaux d’entretien nécessaires entre les courses. Quand je lui ai demandé si des outils spéciaux étaient requis, Klutt s’est mis à rire. « Pagani nous a envoyé une palette pleine d’outils, comme celles qu’utilisent les écuries de F1! Ensemble, l’ordinateur, les supports, les crics pneumatiques et les pistolets spéciaux pour les écrous de roues doivent valoir au moins 15 000 $ ».

Selon Klutt, son client prévoit de participer tout au plus à trois ou quatre courses par année avec cette voiture. Avec un coût par tour qui s’approche du monde de la F1, le mystérieux propriétaire doit être un véritable mordu.

@mcken

Le match de l'impact ce soir c'est webdiffusé quelque part?
- mardi Juil 17 - 9:33

Une voiture qui louche ne peut pas être autonome... Ou petite histoire hi-tech de changement de pare-brise.… https://t.co/b37QzZcEtB
- mardi Juil 17 - 8:08

RT @sebprovencher: If you're interested, this 4-minute video provides an overview of the FounderFuel 2018 Cohort https://t.co/7TtdN0hV89
- mardi Juil 17 - 6:30

😳 https://t.co/QpFUQCbSTO
- mardi Juil 17 - 4:51

Attendez-vous à une hausse des prix généralisée au Canada https://t.co/3mbXwSH8Ng https://t.co/NCj7vfyqo0
- mardi Juil 17 - 11:52

Avec cette technologie inspirée de la MLB, le Canadien de Montréal pourrait carrément cesser de vendre des billets.… https://t.co/t4O3ansHII
- mardi Juil 17 - 11:51

Le Canada a les meilleures bibliothèques municipales au monde https://t.co/3mbXwSH8Ng https://t.co/OfREgO8tXm
- mardi Juil 17 - 11:51